Critiques de livres

Chronique | Kukum par Michel Jean

« Tu sais, Anne-Marie, ce ne sont que des histoires. Comment on les raconte importe peu. Les livres nous parlent à leur manière. Il faut aussi les écouter. »

Michel Jean • Libre Expression • Fiction • 224 pages

Synopsis

«C’est un de ces soirs où je trayais les vaches dans la lumière du soleil couchant que je l’ai vu pour la première fois. Un canot est apparu, descendant en silence la rivière. Un homme torse nu, à la peau cuivrée, ramait sans se presser, se laissant pousser par le courant. Il paraissait à peine plus âgé que moi. Nos regards se sont croisés. Il n’a pas souri. Et je n’ai pas eu peur.»

Ce roman raconte l’histoire d’Almanda Siméon, une orpheline amoureuse qui va partager la vie des Innus de Pekuakami. Elle apprendra l’existence nomade et la langue, et brisera les barrières imposées aux femmes autochtones. Relaté sur un ton intimiste, le parcours de cette femme exprime l’attachement aux valeurs ancestrales des Innus et le besoin de liberté qu’éprouvent les peuples nomades, encore aujourd’hui.

Mon avis

Kukum signifie Grand-mère en langue innue. Tout au long du récit, nous suivons Almanda de son adolescente jusqu’à sa vieillesse qui nous relate sa vie dans le Nitassinan sur le bord du lac Pekuakami (que nous connaissons sous le nom de Lac-Saint-Jean). On découvre la beauté de cette région à travers ses yeux, mais on est accablé par les actions des colons qui forcent cette communauté de nomade à se sédentariser.

Je n’entendais que de beaux mots face à ce livre et j’avais particulièrement hâte de le lire. Et que dire, il m’a transporté. J’ai aimé découvrir la vie en forêt grâce à une Almanda en quête de liberté, mais j’ai une boule d’émotion qui m’a prise à la gorge lorsque je les ai vu, elle et les siens, se faire dépouiller petit à petit de tout ce qu’ils avaient toujours connus. Au Québec, l’histoire des peuples autochtones nous est apprise lors de nos cours d’histoire, mais je ne vous cacherai pas le fait que ce n’était pas mes courts préférés. J’ai nettement préféré réapprendre l’histoire à travers les yeux d’une femme forte qui a vécu tous ces événements. J’ai adoré cet aspect historique. J’ai adoré y découvrir quelques mots en innu-aimun. Et j’ai surtout adoré découvrir la vie de cette femme qui s’est battue pour les siens.

Le livre est très agréable à lire. Les chapitres sont courts et il y a des photos ici et là de personnes importantes à l’histoire dont Almanda Siméon et certains membres de sa famille. On nous donne même accès à une carte en début de livre pour nous aider à suivre leurs différents travers en canoë lors qu’ils se rendaient dans les territoires pour chasser durant l’hiver. Le style d’écriture est agréable et droit au but. Il n’y a pas de superflus, mais les mots sont là pour nous faire vivre les émotions vécus par les personnes impliquées. Kukum ne sera décidément pas le seul ouvrage de Michel Jean que je lirai, ce sera simplement le premier.

J’ai aimé découvrir la douceur et la patience de la famille Siméon lorsqu’Almanda les a rejoint. Elle qui n’avait jamais connu la vie en forêt et la survie, elle s’est débrouillé comme un charme pour s’intégrer et faire sa place au sein de cette famille aimante. J’ai aimé cette histoire d’amour entre elle et Thomas, mais j’ai surtout aimé son amour envers Pekuakami. Il se ressentait à travers les lignes.

Bref que vous aimiez l’histoire et souhaitez en découvrir un peu plus sur la colonisation, ce roman est parfait pour avoir le point de vue des innus. Si au contraire, l’histoire n’a jamais été votre force, ce roman est encore une fois parfait pour en apprendre un peu plus sur ce moments de l’histoire Québec. Ce livre est beau et touchant.

Bonne lecture,
Kat

Note : 5 sur 5.
Pour se le procurer : Les libraires

7 commentaires sur “Chronique | Kukum par Michel Jean

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s