Critiques de livres

Chronique | Eux Nous Lui (Intégrale) par Patrick Isabelle

« Ce jour-là, j’ai eu envie de mourir pour la première fois. C’est aussi la première fois que j’ai eu envie de tuer. »

Patrick Isabelle • Leméac jeunesse • Contemporain • 288 pages

Synopsis

Eux brouille la ligne séparant les victimes des bourreaux.

Nous invite à se faufiler dans le manteau et les replis de l’âme d’un contrevenant.

Lui passe au crible les répercussions que peut engendrer un drame aussi effroyable que celui d’une fusillade dans une école secondaire.

Mon avis

Eux

Je l’ai vu passer quelque fois dans la dernière année et j’ai décidé de lui donner une chance. C’est un court roman donc la lecture se fait vraiment rapidement. Je l’ai lu en moins de 2h tout en regardant les épreuves de natation des Jeux Olympiques de Tokyo. Ça a été assez rapidement que je me suis rendue compte qu’on était dans la tête d’un jeune homme qui vivait de l’intimidation vraiment intense à l’école. Le sujet était dur, violent, mais mon dieu que ça fait passer son message. Dans aucun cas on n’apprend son nom. C’est donc assez facile de l’associé aux différents jeunes responsables d’une tuerie dans une école disons.

J’ai trouvé l’écriture de Patrick Isabelle très fluide et agréable. Le sujet était lourd, certes, mais les pages se tournaient d’elles-mêmes. D’ailleurs, il y avait une alternance entre les chapitres racontant l’histoire de ce jeune homme et de courts passages montrant ce qui allait arriver dans le futur. Jusqu’à ce que son futur devienne son présent. Donc on le sait dès le départ ce qui va arriver. On le voit évoluer dans cette noirceur, dans cette violence, on le voit se faire écraser pas toutes les personnes qui le croisent, ne pas être considéré par les personnes qui sont supposées le protéger.

Ce qui a fait en sorte qu’on se sentait autant dans la tête du personnage principal est clairement la narration. On se retrouve dans sa tête. On est donc victime autant que lui de l’intimidation dont il est victime. On le voit disparaître peu à peu dans cet enfer. De plus, les autres personnages ne sont jamais mentionnés non plus. Ce sont Eux. Eux les méchants. Eux qui le maltraitent. Eux qui rient de lui. Eux. Il y a donc cette confrontation entre les deux et on ne peut pas s’empêcher (du moins, je n’ai pas pu m’empêcher) d’être de son côté à lui.

Je ne cautionne pas le violence, mais je peux comprendre pourquoi un jeune pourrait penser que c’est son unique porte de sortie. Quand tes parents sont littéralement clueless, que les professeurs et la directrice te punisse parce que tu te défends alors que les autres qui te prennent pour un souffre douleur s’en sorte sans dommage pendant 2 ans. Je peux comprendre la rage qui peut bouillir en dedans. Je peux comprendre. Je peux juste pas m’empêcher de trouver ça triste un jeune qui en arrive à une telle extrémité. Je peux pas m’empêcher de me dire que le système a clairement échoué quelque part.

Nous

Dans cette deuxième partie, nous suivons encore le même jeune homme que dans Eux. Cette fois-ci il se retrouve en centre jeunesse à la suive des événements présent à la fin du premier livre. Bien que les personnages autour de lui soient différents, la même noirceur, la même douleur se presse dans son cœur. Seulement, l’environnement dans lequel il atterrit est sensé l’aider, mais ne réussis pas entièrement.

Oui les intervenants sont là pour eux, mais ils sont surtout là pour les garder sur le droit chemin à coup de discipline et de punition. Évidemment avec des jeunes ayant commis des crimes horribles qu’ils ne regrettent pas, j’imagine que c’est difficile de faire autrement. Cependant, ce n’est pas vraiment un suivi personnalité puisque le personnage principal reste différent du reste des jeunes hommes présents. Cela dit, j’ai aimé voir que certains intervenants croyaient en lui et souhaitaient réellement qu’il aille mieux. Ça donne au moins espoir qu’un futur meilleur est possible pour ces jeunes.

La noirceur présente dans le cœur du protagoniste est assez extrême. De le voir fantasmer sur de la violence, c’était parfois difficile à lire. Surtout quand la violence n’est jamais une alternative possible à mes yeux. De le voir se saboter à cause de cette violence enfouis qui ne cherche qu’à émerger, c’était difficile également.

Dans Nous, il est question évidemment du personnage principal, mais cette fois-ci au lieu de parler des gens extérieurs comme dans Eux il parle des autres jeunes présents dans le centre en s’incluant dans le groupe. Cette fois-ci, c’est vraiment la notion de groupe dans laquelle il s’inclut qui prime tout au long de l’histoire. Il mentionne la perception des autres par rapport à leur groupe. Nous les violents. Nous les déviants.

Ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est de voir que pour un jeune souffrant d’intimidation. Que pour un jeune ayant été si souvent la victime, la possibilité de devenir le bourreau peut être excitante. La sensation de pouvoir que ça apportait au personnage principal était vraiment très crédible. Ça arrive que des jeunes ayant souvent été intimidé se retrouve à être les intimidateurs lorsque leur est offert la possibilité de ne pas être une victime à nouveau. C’est crédible et ça explique tellement ce comportement que l’on peut voir fréquemment chez les jeunes.

Lui

Dans Lui, on se retrouve avec une narration différente. On ne se retrouve plus dans la tête du personnage principal, mais on suit différents personnages qui croisent son chemin ou qui pense à lui. Ça nous permet donc de voir les impacts qu’a eu la fusillade sur différentes victimes, mais également comment les gens de sa ville réagisse suite à sa sortie du centre jeunesse. Et on se rend bien vite compte que peu de gens sont prêt à lui accorder une chance de se repentir. Certains sont juste encore ébranlés par les événements, mais d’autres l’accusent de tous les maux responsables de leurs malheurs et souhaitent lui faire du mal comme il a pu en faire ce jour tragique.

J’ai aimé suivre les différents personnages qui croyaient en lui. Je peux comprendre ceux qui ressentaient un malaise d’être en sa présence. Mine de rien, c’est vraiment un acte abominable qu’il a commis et c’est sur que certains ne s’en remettront jamais. Et mine de rien, la sortie du centre jeunesse du responsable du pire jour de votre vie peut être suffisant pour vous replonger dans une spirale de cauchemars.

La seule chose que je reprocherais à Lui, c’est que j’ai parfois trouvé confus comment certains personnages étaient référés à Lui ou à L’autre. De plus, certains prénoms étaient mentionnés et je n’avais aucune idée de qui il était question ou tout simplement de replacer le personnage au prénom. Je ne sais pas si c’était le but rechercher (surtout les dernières pages) de mettre le lecteur dans une légère confusion, mais c’est comme ça que je me suis sentie. J’aurais vraiment préféré savoir qui est au sol et qui est debout même si je peux comprendre pourquoi c’est laissé comme cela. L’un et l’autre avait la même noirceur au fond d’eux donc l’un ou l’autre aurait pu se retrouver dans l’une ou l’autre des positions. Sachant que l’un et l’autre ont été bourreau et victime tout au long de ses trois livres.

Somme toute une bonne lecture, même si ça fait brasser des émotions lourdes. Le sujet est lourd et pourtant tellement d’actualité. Ça donne une bonne idée de ce qui peut se passer dans la tête d’un jeune qui peut en venir à faire un tel acte. Et surtout ça fait comprendre à quel l’intimidation est la source de bien des problèmes et pourtant peu de choses sont faites par rapport à ça. Les trois livres se complètent vraiment j’ai vraiment apprécié ma lecture.

Bonne lecture,
Kat

Note : 4 sur 5.
Pour se le procurer : Les libraires

2 commentaires sur “Chronique | Eux Nous Lui (Intégrale) par Patrick Isabelle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s