Critiques de livres

Chronique | Déportation (Le Tournoi #1) par Mégann Plamondon

« À partir de maintenant, ta conscience c’est elle. Si tu la brises, tu te perdras. »

Mégann Plamondon • Luzerne Rousse • Dystopie • 394 pages

Synopsis

Afin d’arrêter l’escalade de violence ayant atteint un seuil critique, l’Union Internationale pour la Paix des Nations annonce la création d’un nouveau système de justice.

Plus d’un siècle plus tard, Kary est condamnée au Tournoi pour complicité criminelle. Elle devra faire équipe avec Xander, un chef de gang notoire qui a lui-même ajouté son nom à la liste des déportés.

Le Tournoi n’est pas une simple prison; c’est un sport de combat tordu où les criminels peuvent racheter leur liberté. Mais pour l’Organisation, l’absolution ne se gagne pas qu’avec les poings.

Une seule option : céder le contrôle.

Mon avis

La toute première dystopie offerte chez Luzerne Rousse ! Je ne suis pas une grande lectrice de dystopie depuis quelques années, mais je suis toujours intéressée de me plonger dans un univers intéressant et celui de Mégann Plamondon l’est tout particulièrement. Dans les différentes dystopies que j’ai lu dans ma vie, on retrouvait des peuples oppressés par le gouvernement. Ici on retrouve des criminels qui ont fait des crimes plus ou moins graves. En fait, c’est le système de justice qui a été réformé suite à son inefficacité à réduire les crimes en tout genre. Les criminels dans une certaine tranche d’âge sont donc envoyés au Tournoi ou ils devront combattre en duo dans le but de racheter leurs crimes et de peut-être un jour retrouver leur liberté. Par contre, aucune distinction entre les crimes. Les tueurs en série côtoieront les simples voleurs et la sécurité sera adapté en fonction des actions de chacun. La présentation de la réforme du système de justice est bien décrite directement en début d’histoire, ce qui permet de bien comprendre dans quoi on s’embarque en tant que lecteur.

D’ailleurs, on embarque plutôt rapidement dans l’histoire puisqu’on assiste au premier combat du duo avant même de connaître les raisons qui ont fait en sorte qu’ils se retrouvent là. La narration alterne les chapitres avec Kary et ceux avec Xander et ceux se déroulant au passé ou au présent. Chacun des chapitres est bien indiqué donc on ne se perd pas dans la lecture. C’est très immersif et je voulais connaître la suite. D’ailleurs, la fin m’a coupé dans mon élan puisque le premier tome se terminer de façon plutôt sèche. En fait je pensais poursuivre sur ma lancée lorsque le epub s’est fermé car j’avais atteint la fin ! J’étais tellement entrée dans l’histoire que je ne voyais plus la barre d’avancement, ce qui m’a surprise. C’est plutôt bon signe je vous avouerais.

J’ai aimé à quel point les personnages étaient différents. Xander est définitivement intriguant bien qu’un peu trop badboy à mon goût (mais bon, est-ce qu’on s’attend vraiment qu’un chef de gang de rue soit un enfant de cœur ?) et Kary était peut-être un brin agaçante avec sa naïveté. Elle était définitivement un agneau dans un troupeau de loup. J’ai aimé leur dualité et surtout l’évolution de leur relation (il n’y a pas de romance les amis !). D’ailleurs, je suis bien curieuse de connaître la suite par rapport au risque du trouble dissociatif de l’identité assimilé que l’on découvre dans le récit. D’ailleurs, j’adore l’inclusion d’un trouble existant ! Il y a suffisamment de maladies existantes pour qu’un auteur n’ait pas forcément besoin d’en inventer une et je trouve que l’adaptation de ce trouble dans le récit est tout a fait brillante. J’espère vraiment qu’on en apprendra un peu plus dans les prochains tomes, ça risque d’être un aspect tout à fait intéressant. Et surtout, ça permet de faire découvrir ce trouble que peu de gens connaissent et qui est souvent associé à tord à la schizophrénie.

J’ai beaucoup de questions entourant le tournoi et je sens que mes réponses arriveront dans les prochains tomes, mais les voici tout de même. Quel est l’impact réel du tournoi sur les délinquants qui y sont envoyés ? Est-ce que ça diminue réellement le risque de récidive et la violence en général dans la ville ? Autant je peux voir l’effet dissuasif que ça peut avoir sur un petit larcin puisque la punition est assez intense… autant sur un psychopathe qui aime tuer, je ne vois comment le faire combattre d’autres personnes peut avoir un effet bénéfique sur lui. À moins que l’Organisation ait des objectifs cachés et que la réhabilitation de ces délinquants là ne soient pas vraiment leur but premier. D’ailleurs le risque de perde et sa santé physique et mentale à la sortie du Tournoi peut être un découragement en soi. D’ailleurs, certains membres de l’Organisation sont assez louches. C’est notamment le cas pour le personnage de Sacha que je trouvais somme toute assez sympathique au début et qui, vers la fin, commençait à devenir de plus en plus… out of place. Ses actions futurs m’intriguent pas mal et je me demande vraiment qu’est-ce qu’il veut à Kary et Xander. Je me demande vraiment si lui n’aurait pas un agenda caché en fait.

Bref, cet dystopie présente un univers intéressant et intriguant et des personnages dont l’évolution me plait beaucoup. La fin m’a définitivement coupé dans mon élan lecture, MAIS elle me donne d’autant plus envie de poursuivre ma lecture avec le prochain tome. Dommage que je doive attendre pour la lire !

Bonne lecture,
Kat

Note : 4 sur 5.
Pour se le procurer : Luzerne Rousse

Un commentaire sur “Chronique | Déportation (Le Tournoi #1) par Mégann Plamondon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s