Critiques de livres

Chronique | L’allégorie des truites arc-en-ciel par Marie-Christine Chartier

«-Je pense qu’à force d’être blessée après m’être montrée vulnérable, j’ai décidé inconsciemment que c’était plus facile d’être dure. Que les seules personnes qui verraient mon côté plus doux seraient celles qui avaient fait leurs preuves, celles à qui j’aurais décidé de faire confiance. Le problème avec ça, c’est que j’oublie parfois qu’il y a des gens avec qui je n’ai pas besoin de me protéger.»

Marie-Christine Chartier • Hurtubise • Romance • 217 pages

Mon avis :

Max et Cam sont amis. C’est une de leurs seules certitudes. Sauf que la ligne entre l’amour et l’amitié, c’est comme de la peau : au fil du temps, elle s’amincit. Max a un peu le syndrome de l’enfant-roi, cela dit c’est un gars cool, sociable et insouciant. Sa relation avec ses parents est complexe. Il aime les femmes et les femmes le lui rendent bien. Max aime Cam, surtout, mais il ne sait pas comment s’y prendre avec elle. C’est dur d’aimer quelqu’un quand on a peur de tout gâcher. Cam est brillante, sensible et meurtrie. Son monde est petit, son coeur énorme. Elle termine une maîtrise, ira au doctorat. Elle rêve d’être artiste, sera probablement professeure. Cam aime Max, mais c’est dur d’aimer quand on s’est si souvent fait briser.Que faire quand on aime quelqu’un, mais qu’on ne sait pas si aimer suffit?

Mon avis :

Ce roman je l’ai vu passé sur plusieurs blogs et ce sont ces critiques qui m’ont fortement donné envie de le lire. J’aime beaucoup les romans de la maison d’édition Hurtubise, je les trouve doux et ils me font souvent passer un bon moment. Avec L’allégorie des truites arc-en-ciel, ça n’est pas passé à côté. J’ai adoré ma lecture. L’écriture de Marie-Christine Chartier est si facile à lire ! Ça coule tout seule, on tourne les pages et un moment donné on se rend compte qu’on est déjà rendu à la moitié du roman. La petite touche d’humour qu’on y retrouve aide pour beaucoup, je me suis prise à rire à quelques moments. Et puis l’histoire avance tellement bien avec cette alternance de points de vue. À force vous devez finir par me connaître là-dessus, mais j’adore l’alternance de point de vue. Surtout quand ça contribue à faire avancer l’histoire. Et ici, on a le point de vue de Max et celui de Cam au moment où l’histoire d’amour se développe.

J’ai vraiment aimé les références à culture populaire qu’on a la possibilité de lire tout au long du roman. Mon coup de cœur va vraiment pour la mention des vestes Baby Phat où j’ai tout simplement éclaté de rire. Ayant vu souvent ces horreurs lors de mon secondaire, le souvenir est très frais dans ma mémoire. Ou encore quand Cam parle de ses critères sur la célèbre application Tinder, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à moi-même et ça m’a fait bien rire. Pour moi ces petites références font vraiment en sorte qu’on entre encore plus dans l’histoire étant donné qu’on sait de quoi les personnages parlent mais surtout ce qu’ils vivent. En parlant des personnages, comment dire, je les ai adorés. J’ai trouvé qu’ils étaient très proches de la réalité. Même si Max ou Cam n’est sans doute pas votre sosie complet, il y a sans doute des portions d’eux qui se rapprochent de votre réalité et c’est donc très facile de s’identifier à eux. Entre Max et ses parents desquels il n’est pas proche à cause de son absence d’ambition ou Cam qui se dirige vers une profession qui ne lui plaît pas tellement par sécurité, il y en a forcément un des deux qui vous fera penser à vous.

Mais parlons de la romance ! Dans la vie, je déteste les romances coup de foudre. À mon sens, un coup de foudre amoureux, ça n’existe pas puisque ça prend du temps à se développer. Avec L’allégorie des truites arc-en-ciel c’est totalement l’inverse que l’on découvre puisque c’est une romance slow burn. Slow burn étant l’inverse du coup de foudre, c’est une histoire d’amour qui se développe doucement. Max et Cam sont meilleurs amis depuis quatre ans. Il y a déjà eu cette ambiguïté entre eux, mais ces sentiments ont été enterrés et il en est resté une belle amitié. J’ai aimé que cette relation soit une évidence pour tout le monde de leur entourage… sauf eux. Et je peux comprendre dans un sens, quand tu as développé une belle amitié ça peut faire tellement peur de passer d’ami à amoureux surtout quand il y a le risque que l’histoire ne fonctionne pas. Et c’est tellement proche de la réalité qu’on ne peut qu’aimer le roman. C’est plein d’espoir comme livre et j’aime ça.

Bonne lecture,
Kat

Note : 5 sur 5.

6 commentaires sur “Chronique | L’allégorie des truites arc-en-ciel par Marie-Christine Chartier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s